A voir* [ Maman d’Alexandra Leclère ]

Marina Foïs, Mathilde Seigner & Josiane Balasko : Trio explosif mais sensible.

156454afficheMaman20121

Synopsis20 ans après son divorce, une mère se fait quitter à nouveau par son jeune compagnon. Elle décide alors de rejoindre Paris ou se trouve ses deux filles, qu’elle n’a pas vu depuis 20 ans. Les retrouvailles ne sont pas chaleureuses, en effet cette mère n’a jamais su aimer ses enfants. Il en résulte que Sandrine, 40 ans, ne sais pas aimer non plus et sa cadette, Alice, multiplie les avortements pour ne pas ressembler à sa mère.
Les deux soeurs décident de kidnapper leur mère pour l’obliger à les aimer.

maman-d-alexandra-leclere-10680111dwqii

maman-8

Une oeuvre remarquable qui oscille entre deux grandes problématiques qui hantent toutes les familles : l’amour maternel et fraternel, tout aussi complexe. Ce film loin de la comédie mais non moins cynique est porté par les 3 remarquables prestations artistiques que nous offrent ici le trio de Mathilde Seigner, dure et brisée; Marina Foïs, esseulée et efffrayée; Josiane Balasko, intransigeante et acerbe.

josiane-balasko-marina-fois

marina-fois-josiane-balasko-et-le-fusil-photo-dr

Cette histoire se rapproche de celles de nombreux enfants pour qui le terme famille ne recoupe qu’une illusion. Un drame où la tension est à son apogée lorsque ce film tend, dès les premières minutes, à devenir un huit clos oppressant dont chaque minute risque de tout faire changer. On ne sait jamais si l’un ou l’autre va craquer, jusqu’à la fin. Un film profondément juste et vrai mis en scène dans un magnifique décor planté entre un grand manoir et la falaise sur l’océan. La scène mémorable où Marina Foïs tient sa mère en joug en chantant « Une chanson douce » fait pénétrer le film dans une dimension grave et effrayante où l’on voit 2 filles arrivées à la limite de l’acceptable pour être aimées de leur mère; arrivées à saturation de toutes ces émotions qu’elles ne comprennent, ni ne contrôlent désormais.

Publicités